Après quelques semaines d'absence, je reviens bloguer et partager certaines de mes idées et réflexions. Je n'échappe pas à la mode du sentiment analysis qui fait débat depuis longtemps déjà dans la blogosphère veille et opinion, veille de réputation, veille du web social.



Un avenir incertain pour l'automatisation du sentiment analysis

Je n'ai pas lu tous les articles et billets sur ce débat, mais globalement, plusieurs tendances se dégagent:

  • les technologies de text mining et de sémantique évoluent très rapidement,
  • quelques outils peuvent transmettre des tendances assez fiables de tonalités à la condition que le moteur analyse de gros volumes,
  • les professionnels connaissent les limites de l'analyse automatique et sont d'accord pour dire que l'être humain ne peut être remplacé pour le moment.

Deux liens vers des conversations intéressantes sur le sujet:
- La tarte à la crème du sentiment analysis
- Why automated sentiment analysis shouldn't feature in social media monitoring tools.


Des analyse qualitatives révélatrices

kamablog_tonalites_mobilisations.JPG Je ne suis pas contre l'automatisation des analyses de tonalités, mais d'expérience, je rencontre régulièrement des "cas" de sujets qui ne pourront jamais être analysés de façon automatique, notamment les mobilisations d'internautes sur le web social, et notamment "les mobilisations positives". En effet, au delà des technologies d'analyses syntaxiques et sémantiques, c'est l'analyse qualitative qui révèle toute la subtilité des mobilisations et permet une compréhension fine des enjeux de ces mobilisations.


Des mobilisations preuves d'intérêt et d'attachement des internautes

kamablog_tonalites_petititon.JPG Les mobilisations sont les revendications issues de groupes d'internautes (groupes Facebook, pétitions en ligne.....) qui circulent sur le web social et invitent les autres internautes à se joindre au "combat".

Les mobilisations revêtent une tonalité positive dans la mesure ou les revendications des internautes montrent leur attachement à l'objet de la mobilisation. On pourrait presque dire que les mobilisations d'internautes sont positives par essence: à partir du moment ou ils réussissent à se rassembler , échanger et se mobiliser, c'est souvent pour une cause qui les rassemble,les motive, les fédère.
Ce n'est pas parce que les internautes expriment leur mécontentement que c'est forcément négatif.

C'est plutôt le signe d'un attachement à la marque / à l'institution/ à l'entreprise: si les internautes sont déçus, tristes ou mécontents, c'est qu'ils font preuve d'un attachement fort à la marque. Bien plus qu'une analyse des tonalités, c'est une analyse des prises de positions qu'il convient de souligner (le mieux étant bien sur d'analyser les prises de position par communautés).




Une analyse qualitative pour déterminer quel attachement et à quoi

kamablog_tonalites_petititon_opinions.JPG Par exemple, une pétition qui à première vue semble négative pour une institution/ une marque, mais qui revêt de multiples facettes positives et qui mène à des réflexions bien plus subtiles que le simple positif/ négatif des tonalités exprimées par les internautes.
% (certains vont trouver cet exemple tiré par les cheveux et je l'admet, mais je ne puis prendre un exemple professionnel), mais grosso modo, voici le raisonnement général:

La pétition "Sauvegardons l'émission de France Inter "rue des entrepreneurs" permet aux internautes de s'exprimer sur l'arret de l'émission. Nous avons donc les champs sémantiques de la déception:

"je suis scandalisée", "INADMISSIBLE!!!!!!", "c'est ce qui pouvait arriver de pire à France Inter"', "Dommage", "de quel droit?", "C'est un immense gâchis''", etc, etc......

C'est donc très négatif. Pétition + tonalité négative = très mauvaise image pour France Inter.

Mais si on regarde au delà du champs sémantique (et donc sans outil automatisé), cette pétition peut finalement être assez positive pour quelques parties prenantes impliquées dans cette histoire:

  • positif : attachement des internautes à l'émission: ils la soutiennent, l'adorent, l'écoutent, elle fait partie d'eux, de leurs loisirs, de leur culture etc. Ils s'expriment en faveur de son existence/ son maintien
  • positif : attachement à France Inter et à ses programmes : ils font confiance à France Inter, Ils croient en cette radio
  • positif : attachement au service public: attachement au service public rendu par la radio et l'émission,
  • etc. : d'autres axent d'analyse peuvent être étudiés

En revanche, si je trouve que cette mobilisation est positive pour l'émission et l'image de France Inter, le management en prend pour son grade.... On a donc bien deux entités distinctes pour les internautes : l'institution et le management. Positif pour l'un, négatif pour l'autre. Et c'est là toute la subtilité des analyses des mobilisations!

Images: Mobenzi